Accueil > Actualités > Art et Littérature > Teresa Mota : Portugais de Diaspora

Teresa Mota : Portugais de Diaspora

Briller dans l’ombre

lundi 22 octobre 2007, par Susana Paiva

Toutes les versions de cet article : [français] [Português]

Elle n’apprécie pas de faire des interviews et cultive l’anonymat, un statut antagonique à celui qu’elle avait lorsqu’elle a quitté le Portugal en direction de la France, il y a 44 ans. Aujourd’hui, à l’âge de 66 ans, Teresa Mota ne se résume pas au souvenir de la jeune et talentueuse actrice qui a marqué le théâtre portugais dans les années 50 et 60 mais elle est également un professeur universitaire dont la passion est l’écriture et le théâtre qu’elle n’a jamais abandonné.


Ses amis sont péremptoires à propos de la générosité et du dévouement que Teresa Mota consacre à toutes les relations auxquelles elles tient à coeur. Ils font l’éloge de sa discrétion, de sa modestie et de son savoir, vantant ses qualités humaines et professionnelles car ils sont convaincus qu’elle-même ne le ferait jamais.

Demander à Teresa qu’elle parle d’elle-mêm est une tâche difficile, découlant en règle générale de la valorisation de ceux qui lui sont plus proche – son fils, Emmanuel Demarcy-Mota, un jeune metteur en scène qui dernièrement voit la reconnaissance de son travail dans le domaine des théâtres portugais et français et João Mota, son frère, deux ans plus jeune, un acteur reconnu et un metteur en scène qui brille avec une carrière théâtrale et éducative pleine de succès.

Teresa a opté pour l’anonymat depuis bien longtemps, restant dans l’ombre qui lui permet d’ « être à l’écoute de ceux qu’elle aime ». La reconnaissance artistique précoce, de l’enfance au jeune âge adulte a peut-être façonné le caractère de l’enfant qui à l’âge de 6 ans avec sa mère, sa grand-mère et son frère ont échangé la tranquillité de leur ville natale pour la capitale du pays.

De son enfance, elle se souvient de la paradisiaque vie à Tomar, marquée par les allées régulières au théâtre local où elle a vu les premiers spectacles et films et le café Paraíso – tous deux des propriétés de sa famille – tout comme les assemblées littéraires que le frère de son grand-père organisait. Du déménagement vers Lisbonne, elle retient la luminosité de la grande maison louée par sa mère dans la touffue avenue Marquês de Tomar et qui a marqué le début d’une nouvelle vie pour toute la famille. Elle se souvient des samedis où elle courrait vers la maison dans l’anxiété d’écouter l’émission pour enfant de Maria Madalena Patacho sur l’Antenne Nationale, la même que celle avec laquelle quelques temps plus tard, elle vint à collaborer. À l’âge de 10 ans, à la fin de l’école primaire à S. Sebastião da Pedreira, elle écrit une lettre à Maria Madalena Patacho communiquant son intérêt à participer dans les émissions et peu de temps après, suite à un concours organisé par l’Antenne Nationale, elle démarre une longue collaboration avec la radio. Tout au long de son travail avec Madalena Patacho la voix de la petite fille a fait place à la sonnante et agréable voix d’adolescente avec laquelle Teresa Mota a interprété différents personnages des feuilletons radiophoniques du “Teatro das Comédias” dirigés à l’époque à l’Antenne Nationale par Álvaro Benamor.

Egalement pendant son adolescence, elle a participé dans une des émissions infantiles de télévision portugaise – « as cartas do tio João (e da sua sobrinha Teresinha)” – où avec Gustavo Fontoura, elle répondait aux lettres des jeunes téléspectateurs. C’est, à l’âge de 16 ans, en tant que “Teresinha” que Teresa Mota, propulsé par la visibilité et le succès des premières années de la télévision, elle se voit catapultée vers la popularité. Une visibilité dont encore aujourd’hui elle a le souvenir d’avoir été effrayante qui l’empêchait d’être une jeune fille comme les autres, vu qu’elle était constamment reconnue dans la rue et sollicitée pour signer des autographes.

Passionnée depuis toujours par le théâtre, dont le désir elle l’attribue au besoin de discuter avec un père absent, Teresa Mota n’a pas hésité à écrire à Amélia Rey Colaço – se trouvant à l’époque à la tête de la compagnie Rey Colaço-Robles Monteiro résidant au Théâtre National -afin de lui communiquer son désir d’être actrice. Un geste décisif qui marquera le début d’une longue collaboration qui a débutée avec sa participation dans deux spectacles alors qu’elle était encore au collège et qui s’acheva lorsqu’elle fréquentait déjà le lycée, sous l’invitation d’Amélia Rey-Colaço, dans l’intégration de la troupe permanente de la compagnie, pendant 4 ans.

C’est en 1961, sous l’aile d’Amélia Rey-Colaço que Teresa Mota, alors avec 20 ans a vu son travail être reconnu avec le prix de la critique pour son rôle dans “Roméo et Juliette” de William Shakespeare. Un honneur qui mena Mário Casimiro Cortesão et la propre Amélia Rey-Colaço à conseiller cette interprète de « Juliette » à partir à l’étranger pour apprendre le maximum possible. En 1963, encouragée par ses mentors, Teresa Mota part à destination de Paris où avec une bourse d’études de la Fondation Calouste Gulbenkian, elle fréquenta le cours de théâtre de René Simon au “Centre Dramatique de la rue Blanche”, s’inscrivant également en Littérature Etrangère à la Sorbonne, université où plus tard elle réalisa son doctorat sous le thème « le conte et le théâtre ».

Vivant depuis 44 ans en France et professeur agrégé à la Sorbonne Nouvelle/ Paris III depuis 1993 en langue et théâtre, Teresa Mota a construit un univers personnel où le théâtre et l’enseignement s’entrecroisent. Dans les années 60, avec son mari Richard Demarcy, elle a créé le “Naif Theatre”, compagnie de théâtre dans laquelle pendant plus de 25 ans, elle a été la co-créatrice de tous les spectacles.

Actrice, metteur en scène, investigatrice, professeur, femme, mère – des activités que Teresa Mota est fière d’avoir réalisé discrètement et dans l’ombre comme l’est son apanage.

- texte publié lors de l’édition novembre 2007 de la revue “Magazine Artes”
- Texte et photographies de Susana Paiva
- Images des oeuvres gentiment accordées par l’artiste
- www.susanapaiva.com

Susana Paiva

www.susanapaiva.com

1 Message

  • Teresa Mota : Portugais de Diaspora

    27 décembre 2007 21:46, par BEIRAO

    Venho por este meio saudar a D.Teresa Mota-Demarcy de quem fui estudante. Não conhecia nada da sua carreira. Parabéns.



PortugalVivo

Tous droits réservés (Portugal Vivo®) Ce site ainsi que sa charte graphique sont protégés par un copyright© international qui interdit toutes reproductions mêmes partielles.
La société Portugal Vivo® est habilitée à poursuivre toutes personnes morales ou physiques violant le copyright©
Dans le cadre de la revue de presse, Portugal Vivo utilise des articles ou photos dont il nâ€â„¢est pas lâ€â„¢auteur. Ces éléments restent la propriété de leur auteur. Portugal Vivo cite systématiquement le journal source avec un link vers celui-ci.
Mentions Légales : PORTUGAL VIVO - 102 avenue des Champs Elysées, 75008 Paris - France | SARL au capital de 15.000 ââ€Å¡¬uros - R.C.S. Paris B 441 119 286 | Représentant Légal : Jorge Loureiro | email : net@portugalvivo.com