Accueil > Actualités > Art et Littérature > Paula Gonçalves : Portugais de Diaspora

Paula Gonçalves : Portugais de Diaspora

Des paroles migratoires

mercredi 12 septembre 2007, par Susana Paiva

Toutes les versions de cet article : [français] [Português]

Il existe une luminosité et intensité dans les paroles de Paula Gonçalves qui nous plonge dan la beauté de la langue portugaise. À l’âge de 42 ans dont 32 vécus en France, Paula Gonçalves – écrivain et journaliste – construit fermement pas à pas un univers personnel autour du plaisir du partage du mot dit verbalement et écrit.


C’est à l’âge de 10 ans à peine que Paula a vécu sa diaspora. En octobre 1975, avec ses parents et son frère, elle a quitté Lisbonne en direction de Paris, une expérience dont elle se souvient comme étant une intense rupture « vis-à-vis de tout – langue, climat, école, amis, références ». Aujourd’hui, après 32 ans, elle reconnait que son départ vers la France « lui a ouvert les portes du monde ».

Les premières années d’exil de Paula Gonçalves à Paris ont été assez douloureuses – une époque de construction d’une nouvelle identité, adaptation à une nouvelle et inconnue réalité peuplée de “chambres de bonne” et de salles de bain dans les couloirs des immeubles. Une adolescence vécue entre deux cultures, pleine de doutes et d’interrogations supplémentaires à un âge qui déjà en soi est prolifique en remises en question – des fragments de cette phase de sa vie que Paula a enregistrée sous la forme de poèmes et de journal intime qui des années plus tard, filtrés par une vision distante et mûre, deviendraient la source d’inspiration pour la première œuvre littéraire à titre personnel.

Édité en 2002 par les Éditions Lusophone, “Âncora estilhaçada” (Ancre brisée) représente la matérialisation des souvenirs d’enfance de l’écrivain mais aussi l’invocation des racines celtes dont elle est si fière.

Une « œuvre cathartique » qui reflète l’initiale recherche de racines dans un pays où la mémoire individuelle et l’histoire se mélangent et où plus tard l’impact émotionnel de l’exil en France est mis à jour.

De nos jours, avec les difficultés du début surpassées et pleinement heureuse de vivre dans le pays qui lui a permet de connaître le multiculturalisme lors de ses études de Portugais à la Sorbonne, Paula Gonçalves n’hésite pas à affirmer qu’elle possède deux langues maternes – le Portugais et le Français – s’exprimant sans quelconque difficulté dans chacune d’elles.

Désirant devenir professeur à la suite de ses études, Paula Gonçalves a fini par trouver dans la littérature et le journalisme, les réseaux idéaux pour faire ce qu’elle aime le plus : communiquer.

Actuellement, elle écrit au service de deux publications de l’agglomération de Cergy-Pontoise, l’une à caractère généraliste et l’autre culturel, où le contact direct avec les habitants et les lecteurs est privilégié.

À la lecture de son curriculum, on peut confirmer l’enthousiasme et la contagieuse énergie, qu’on présentait déjà en sa présence –Paula se dédouble parmi les « mille et une chose » qu’elle apprécie de faire simultanément.

Après avoir, dans les années 90, animé l’émission quotidienne et bilingue “Ponto de Encontro” sur Rádio Alfa – radio de langue portugaise localisée dans les alentours de Paris – elle participe maintenant à la radio locale RGB, comme co-auteur de Philippe Raimbault, le programme littéraire “Mots migrateurs”. Ça a commencé par une émission mensuel où « on voyageait à travers « les mots » faisant connaître des auteurs et des œuvres littéraires et le plus possible dans la langue originale, “Mots migrateurs” a fini par se convertir dans le nom du collectif d’écrivains que Paula a aidé à former en 2006 dans la région de Val d’Oise.

“Mots migrateurs” est devenu un espace privilégié pour la vie littéraire et où on promeut et aide réciproquement ses membres.

Ce fut également le désir de vivre et de faire vivre, le catalyseur qui a persuadé Paula Gonçalves à propos de la nécessité de traduire sa première œuvre littéraire, débouchant ainsi sur l’édition bilingue – “Âncora estilhaçada/ Ancre en éclats” – lancée en 2006 par son éditeur d’origine.

Avec cette version, Paula reconnaît avoir élargit le cercle de lecteurs de son œuvre lui permettant ce qu’elle considère de fondamental et lui donne le plus grand plaisir - “divulguer la culture portugaise aux non-lusophones ».

Porteuse de multiples recours et fascinée par l’interaction de la littérature avec les autres arts, Paula est venue à développer des projets collectifs qui croisent littérature avec la peinture et la photographie et plus récemment, elle a travaillé au sein d’un récital en association avec l’actrice Ana Knight et le musicien Vitor Marques, où ses paroles gagnent vie à travers de la voix et de la musique.

Tous des projets que l’écrivain aimerait continuer à développer, au côté de la reprise de “Où es-tu mon pays ?”, un projet théâtral écrit en partenariat avec Jean Gennaro dont la première a eu lieu au mois de mai pendant qu’elle attend la publication de 2 nouveaux livres – le roman “Le fracas du silence” et “Regards Pluriels/ Dans l’intimité des couples mixtes”, une publication qui réunie des témoignages sur la vie de couples mixtes en France.

(texte publié dans la revue “Magazine Artes” de septembre 2007)

- Texte et photographies de Susana Paiva

Susana Paiva

www.susanapaiva.com



PortugalVivo

Tous droits réservés (Portugal Vivo®) Ce site ainsi que sa charte graphique sont protégés par un copyright© international qui interdit toutes reproductions mêmes partielles.
La société Portugal Vivo® est habilitée à poursuivre toutes personnes morales ou physiques violant le copyright©
Dans le cadre de la revue de presse, Portugal Vivo utilise des articles ou photos dont il nâ€â„¢est pas lâ€â„¢auteur. Ces éléments restent la propriété de leur auteur. Portugal Vivo cite systématiquement le journal source avec un link vers celui-ci.
Mentions Légales : PORTUGAL VIVO - 102 avenue des Champs Elysées, 75008 Paris - France | SARL au capital de 15.000 ââ€Å¡¬uros - R.C.S. Paris B 441 119 286 | Représentant Légal : Jorge Loureiro | email : net@portugalvivo.com