Accueil > Actualités > Musique > MAFALDA ARNAUTH

MAFALDA ARNAUTH

L’une des grandes voix de la jeune génération du fado

mercredi 18 mars 2009, par Portugal Vivo (JLo)

2 concerts exceptionnels à l’occasion de la sortie de son nouvel album en France. Mafalda Arnauth est l’une des voix du fado les plus représentatives de sa génération. Cette amoureuse de ce genre musical, originaire de Lisbonne, bénéficie d’une grande notoriété, non seulement au Portugal mais aussi dans plusieurs pays du monde où les concerts se multiplient. Dotée d’une voix chaude et puissante, elle donne une nouvelle dimension au fado en le libérant de ses sombres notes et en le projetant dans la modernité. Son répertoire est constitué de fados traditionnels et de sensibles et lumineuses compositions personnelles. Une magnifique plongée au coeur de l’âme portugaise, dans les rues pentues de Lisbonne.


CONCERTS

- MERCREDI 1ER &
JEUDI 2 AVRIL 2009
- à 20h00
- Les Trois Baudets – Paris

L’album : Flor de Fado

La première mondiale du spectacle Flor de Fado a eu lieu au Mexique puis au Théâtre da Trindade, à Lisbonne. C’est après ces succès que naît le désir d’en faire un disque Flor de Fado.

L’enregistrement a eu lieu le premier trimestre 2008 avec la volonté affirmée de privilégier la sonorité de la guitare classique. Il comprend dix titres : dix créations et trois reprises.

Mafalda Arnauth est accompagnée par Luis Pontes (guitare classique), Ramon Maschio (guitare classique) Ângelo Freire (guitare portugaise) et Fernando Júdice (basse acoustique) – avec la participation exceptionnelle du violoncelliste David Zaccaria.

Pour cet album certains titres ont été crées avec la collaboration précieuse de Tiago Torres da Silva, où la chanteuse se raconte. Ce poète et, surtout, parolier, a une vision inspirée et profonde de l’âme portugaise, ainsi qu’une indéniable capacité à écrire des mots qui veulent être chantés. En témoignent les titres : Entre a Voz e o Oceano de Olivia Byington, interprété par les deux chanteuses dans un esprit d’échange parfait, et également, le premier titre de l’album écrit par Ernesto Leite pour Mafalda Arnauth, Talvez ali … l’une des perles de cet album.

Aux côtés de ces créations, les reprises de Tinta verde de Vitorino, Flor de verde pinho de Manuel Alegre et José Niza et Povo que lavas no rio de Pedro Homem de Mello sur la musique du fado Vitória.

« Flor de Fado est un album intimiste, dans lequel j’ai essayé de montrer ce qu’est pour moi l’essence même du fado : être presque exclusivement accompagnée par la guitare de fado, la guitare classique et très ponctuellement par la guitare portugaise, c’est à dire, un fado très dilué, cherchant à être le plus épuré possible. » Mafalda Arnauth

Inspiré du poète Eugénio de Andrade, le thème de Flor de Fado, dont l’album sortira en France le 27 mars prochain, est avant tout : l’amour ! « L’Amour est urgent !

Biographie

Née à Lisbonne en 1974, sa passion pour la musique se fait sentir dès son plus jeune âge, mais sans aucune aspiration à devenir artiste.

Encore étudiante à l’Ecole Vétérinaire, Mafalda Arnauth se trouve, soudainement, happée par le monde du spectacle, des répétitions et des maisons de fado.

Avec la fraîcheur caractéristique d’une voix encore jeune et jusque-là totalement étrangère au fado, elle séduit par sa spontanéité à réinterpréter de vieux succès.

En 1999 elle signe, grâce aux encouragements du producteur João Gil, son premier disque éponyme Mafalda Arnauth (chez EMI), avec beaucoup de compositions personnelles et la voix unique de Mafalda Arnauth allait très vite conquérir et séduire l’univers discographique.

Ce travail rencontre aussitôt un grand succès tant au niveau des ventes qu’auprès de la critique et Mafalda remporte, alors âgée de 24 ans, le Prix Révélation de l’hebdomadaire portugais Blitz. L’année suivante, elle est nominnée dans la catégorie meilleure interprète aux Globes d’Or de la chaîne de télévision SIC.

En 2000, de retour au pays après une longue tournée au Portugal et à l’étranger, elle se produit enfin à Lisbonne, la ville du fado au grand auditorium du Centre culturel de Belém qui fait salle comble.

En mars 2001, Mafalda Arnauth est de retour avec son deuxième travail discographique : Esta Voz Que Me Atravessa, édité simultanément au Portugal et aux Pays-Bas par EMI, avec Ricardo Rocha à la guitare portugaise, José Elmiro Nunes à la guitare classique et Paulo Paz à la contrebasse et produit par Amélia Muge et José Martins.

Esta Voz Que Me Atravessa est une suite heureuse, inspirée de la poétesse Hélia Correia et de la musicalité géniale de Fausto Bordalo Dias, qui traduit la profonde maturité artistique de la chanteuse. Peu après, Mafalda devient la première artiste portugaise représentée internationalement par Virgin Records.

En octobre 2001, elle donne son deuxième concert à Lisbonne. Un an après le Centre culturel de Belém, l’artiste se produit dans l’imposante salle de Culturgest et affiche complet plusieurs semaines à l’avance. Ce concert marque une fois de plus le début d’une tournée à travers l’Europe.

L’année 2002 est intense, les concerts s’enchaînent grâce au succès croissant de la chanteuse et à l’engouement du public pour le fado. Mafalda Arnauth produit elle-même son troisième disque Encantamento dans lequel elle rompt presque complètement avec la fatalité et la tristesse traditionnellement associées au fado.

2003 sera alors une année inoubliable. Depuis la sortie de son album Encantamento, Mafalda n’en finit pas de remplir les salles : une soixantaine de concerts au Portugal, mais aussi en Italie (Rome, Stresa, Spilimbergo), Amsterdam, Belgique, Paris, Lyon, Grèce, Macao, Suède, Turquie, Royaume-Uni (Londres) et Espagne.

Parmi tous ces spectacles, celui qui l’a marquée le plus est celui du Concergebow, à Amsterdam, où elle a vécu l’un des moments les plus émouvants et les plus forts de sa vie, avec l’accueil enthousiaste des 2400 spectateurs présents.

Mais la salle la plus impressionnante pour Mafalda fut incontestablement le mythique Royal Albert Hall. 2004 marque le début d’un tournant dans la carrière de Mafalda Arnauth, elle quitte sa maison de disques EMI.

En juin 2005 sortie du nouvel album Talvez Se Chame Saudade, le best of de Mafalda Arnauth.

La sortie de ce disque représente une nouvelle source d’inspiration pour la chanteuse, fruit de souvenirs. Cette compilation lui a notamment revéllé combien elle avait grandi en tant qu’artiste, dessinant une sorte de carte sur laquelle sont tracées toutes les étapes de sa carrière une aventure humaine et un vrai partage avec tous ceux qui ont construit avec elle chaque chanson et chaque émotion.

En octobre 2005, Mafalda Arnauth sort un nouvel album de titres originaux Diário, qui signifie « Journal » : un disque inspiré par ceux qui l’on influencée : les relations, les rencontres, les références artistiques (Amália, Bethânia, Aznavour, Piazzola…).

Ce nouveau disque est certainement unique, de part la diversité de ses chansons, son côté très traditionnel, mais avec un contenu très actuel, qui veut démystifier l’idée du fado triste. Un fado que Mafalda Arnauth a néanmoins tenu à porter plus loin, vers d’autres gens, vers d’autres lieux, hors d’ellemême.

La tournée en Belgique, début 2006, accompagnée de l’édition du nouvel album dans plusieurs pays, donne le ton des événements marquants de cette nouvelle année. En quelques mois, Mafalda Arnauth se produit au Costa Rica, en Angola, dans plusieurs villes espagnoles, à Tenerife, elle participe au concert donné en Uruguay à l’occasion du Sommet Ibéro-américain, en plus des spectacles au Portugal, comme à Porto et à Beja. La même année, Magic Music devient agent et manager de l’artiste, imprimant une nouvelle phase à sa carrière.

La sortie de l’album Diário en Espagne et en France, en 2007, est suivie de tournées dans ces deux pays. Le concert de lancement officiel du disque à Paris a lieu à la Cité de la Musique.

Toujours en 2007 l’artiste est invitée à participer à un spectacle Hommage à Piazzola, où elle reprend plusieurs grands classiques du tango argentin. Sous la direction de Daniel Schvetz, accompagnée de Ramón Maschio à la guitare classique, Damien à la contrebasse et Ariel au bandonéon, elle chante Adios Nonino, Balada para un loco et Naranjo en flor, entre autres chansons révélées en exclusivité à cette soirée placée sous le signe de l’émotion.

La première mondiale de Flor de Fado au Mexique dépasse toutes les attentes. C’est un concert intense, dont on devine qu’il va évoluer, qu’il va mûrir avec le temps, avec la route, avec l’expérience de la scène et du quotidien, qui sont une fois de plus l’expression marquante de cette artiste : s’inspirer de la vie, des échanges, des moments. La scénographie se révèle et évolue tout au long du concert où chaque chanson est une fleur qui découvre ses racines, qui s’épanouit à son rythme et qui révèle sa singularité selon l’influence qui l’entoure. Les spectacles au Théâtre da Trindade, à Lisbonne, en furent les témoins fidèles.

Flor de Fado n’est pas l’évident « disque live » que l’on pourrait attendre après un concert, mais il est surtout un « disque vivant » une suite et complément aux concerts, qui invitent délibérément le public à connaître plusieurs facettes d’une même idée, d’une même intention. Et la chaleur humaine, née de la réalité du Diário, envahit irrémédiablement cette Flor de Fado…

Projets spéciaux :

2008, elle interprète le générique du remake du feuilleton portugais Vila Faia, dont la bande sonore comprend aussi un titre de son nouveau disque Amor abre a janela , de Tiago Torres da Silva et Luís Pontes. Elle a également été invitée à participer à un projet du musicien basque Kepa Junquera, en interprétant les versions originales de chansons traditionnelles basques, en 2008.

Sortie de disque :

Nouvel album sortie le 27 mars 2009 Flor de Fado

Discographie :

- Mafalda Arnauth – EMI Valentin de Carvalho, 1999
- Esta voz que me atravessa - EMI Valentin de Carvalho,2001
- Encantamento - EMI Valentin de Carvalho,2003
- Talvez se Chame Saudade – EMI Valentin de Carvalho - 2005
- Diário – Universal, 2005
- Flor de Fado – Universal 2008

INFORMATIONS PRATIQUES :

- Lieu :
— Les Trois Baudets – 64 bd de Clichy – Paris 18ème – Métro : Blanche
— Tel. renseignements et location : 01 42 62 33 33 /
— www.lestroisbaudets.com
— Prix des places : Tarif public : 18 € - Tarif CE 16,5 €
— Locations : FNAC, Ticketnet, Digitick / Renseignements : 0 892 707 507 (0,34 env. /min)

SORTIE DE DISQUE : le 27 mars 2009. Contact : Luc Genetay – L’Autre Distribution – Tel. : 02 47 50 79 79 – autredistribution@wanadoo.fr

CONTACT PRODUCTION :
Bleu Citron Productions
Contact : Toni Dos Santos - 19 rue Simart – 75018 Paris – Tel : 01 53 09 27 40 – Port. : 06 72 36 53 56
E-mail : info@christianpegand.com / Site : www.bleucitron.net

CONTACT PRESSE :
Contact : Opus 64 / Valérie Samuel – Marie Jo Lecerf – 71 rue Saint Honoré – 75001 Paris
Tel. : 01 40 26 77 94– E-mail : mj.lecerf@opus64.com

Voir en ligne : www.mafaldarnauth.com

Portugal Vivo (JLo)


PortugalVivo

Tous droits réservés (Portugal Vivo®) Ce site ainsi que sa charte graphique sont protégés par un copyright© international qui interdit toutes reproductions mêmes partielles.
La société Portugal Vivo® est habilitée à poursuivre toutes personnes morales ou physiques violant le copyright©
Dans le cadre de la revue de presse, Portugal Vivo utilise des articles ou photos dont il nâ€â„¢est pas lâ€â„¢auteur. Ces éléments restent la propriété de leur auteur. Portugal Vivo cite systématiquement le journal source avec un link vers celui-ci.
Mentions Légales : PORTUGAL VIVO - 102 avenue des Champs Elysées, 75008 Paris - France | SARL au capital de 15.000 ââ€Å¡¬uros - R.C.S. Paris B 441 119 286 | Représentant Légal : Jorge Loureiro | email : net@portugalvivo.com