Accueil > Actualités > Art et Littérature > Edgar Martins : Portugais de Diaspora

Edgar Martins : Portugais de Diaspora

Une certaine quiétude

mercredi 7 novembre 2007, par Susana Paiva

Toutes les versions de cet article : [français] [Português]

Il est né, il y a 30 ans, à Évora mais très tôt il a quitté le Portugal en direction de Macau où il a grandi. Il vit depuis 1996 au Royaume-Uni où il a étudié et débuté un solide travail artistique, en contribuant activement à la rénovation du concept d’auteur photographe. Entre les expositions, les séminaires et l’édition de livres, Edgar Martins – comissaire et auteur – n’a pas de seconde à perdre.


Ce qui impressionne le plus dans le travail d’Edgar Martins, c’est une certaine quiétude présente dans ses imagens. Provenant de milieux cosmopolitains où règne la confusion avec laquelle il a toujours cohabité, Edgar a trouvé le champs parfait pour son regard situé au niveau de la tangible frontière entre l’urbain et la zone périphérique, ce “non regard” si difficile à rendre opérationnel. Ses imagens reflètent l’indescriptible, en créant des espaces de projection pour le je individuel, qui captivent le spéctateur en lui réservant le suprême rôle d’interprétation.

Contempler une de ses imagens, c’est retourner à une époque où le regard était considéré comme le facteur primordial, où la technique qui prédomine avec savoir-faire s’atténue et la place à la multiple interprétation devient l’acteur principal.

Lorsqu’ Edgar parle de son travail tout devient plus clair. Il Existe dans son discours une logique et une assurance hors du commun, une extraordinaire capacité de transmettre des concepts accessibles seulement à ceux qui possèdent déjà une désirable maturité.

À sa formation de base en philosophie obtenue à Macau, Edgar a joint, à Londres, une licence en photographie et sciences sociales et un master en photographie et beaux arts obtenu au Royal College of Arts.

Encore aujourd’hui, il sourit lorsque quelqu’un fait référence au moment de son arrivé à l’univers de la photographie, en disant que celui-ci a été dû en quelque sorte au hasard. “Ce qui a été surprenant, c’est de ne pas avoir suivi une carrière littéraire mais si, une carrière liée à l’image”.

C’est à l’âge de 19 ans, à Macau qu’il a publié – le fruit de ses multiples lectures philosophiques – son premier livre intitulé “Maman, laisse-moi faire le poirier”, “un jornal intime d’un adolescent qui s’apprête à faire ses premiers pas dans la vie”.

Ses plus grands centres d’intérêts « ont toujours été la philosophie et les sciences humaines », la photographie a été une conséquence naturelle de ses « écrits basés sur des visualisations » qui a fini par déboucher sur un univers d’image « basé sur des questions littéraires ».

Sa passion pour les livres a trouvé dans l’univers de la photographie l’objet idéal. Edgar a concrétisé avec la complexité de l’édition “The moth house”, son rêve de créer des œuvres éditées « qui s’éloignent du format traditionnel du livre » et où la liberté pour produire des narratives spécifiques correspond à sa conviction qu’ « un livre ne doit pas fournir trop d’information au lecteur car ainsi on risque de conditionner la lecture des images ».

Maintenant, Edgar ne passe pas sans cette logique de production artistique, la considérant comme un des meilleurs moyens pour associer textes et images de la façon qui correspond au mieux à ses goûts. “Moi, je travaille par projets, le livre est un moyen fantastique, un foyer aussi important que l’exposition ». C’est aussi à travers de ce moyen qu’Edgar exerce une des autres fonctions qui lui plait aussi beaucoup, celle de commissaire, en ayant toute liberté pour inviter qui il désire pour participer dans ses livres.

Représenté par quatre galeries – “La caja negra” à Madrid, “The Photographer’s Gallery” à Londres, “The Betty Cuningham Gallery” à New York et la “Galeria Graça Brandão” à Lisbonne et Porto – Edgar Martins expose régulièrement et un peu partout en Europe et en Asie, en coordonnant autant que possible des séminaires sur ses projets et recevant de nombreux prix pour son travail littéraire et photographique.

Il a récemment exposé à la Galerie Graça Brandão à Lisboa, 12 des 50 images de son plus récent projet “Aproximações”, en conséquence d’une commande de l’ANA - Aéroports du Portugal.

Dans “Aproximações”, Edgar a évité un abordage documentaire, en se maintenant fidèle à sa façon de travailler avec la représentation photographique des espaces invisibles au public des aéroports de Santa Maria, Horta, Ponta Delgada, Flores, Faro, Porto et Lisbonne, en valorisant ainsi « son côté moins réel » avec de nettes proximités aux « non-lieux » de ses séries photographiques antérieures. Accrochées au « langage des aéroports, les images diffusent, avec une grande beauté, un sentiment de solitude, hors temps et hors espace qui caractérise la frénétique conception générale d’un aéroport.

Heureux en raison des opportunités qui surgissent, Edgar continue concentré sur son travail et occupé comme toujours, en préparant actuellement le lancement de sa nouvelle monographie qui sera lancée par la Aperture Books, en mars 2008, à New York.



- Texte publié dans la publication du mois de mars 2007 de la revue “Magazine Artes”
- Texte et photographies de Susana Paiva
- Images de la série “The accidental theorist” gentillement accordées par l’auteur

Susana Paiva

www.susanapaiva.com



PortugalVivo

Tous droits réservés (Portugal Vivo®) Ce site ainsi que sa charte graphique sont protégés par un copyright© international qui interdit toutes reproductions mêmes partielles.
La société Portugal Vivo® est habilitée à poursuivre toutes personnes morales ou physiques violant le copyright©
Dans le cadre de la revue de presse, Portugal Vivo utilise des articles ou photos dont il nâ€â„¢est pas lâ€â„¢auteur. Ces éléments restent la propriété de leur auteur. Portugal Vivo cite systématiquement le journal source avec un link vers celui-ci.
Mentions Légales : PORTUGAL VIVO - 102 avenue des Champs Elysées, 75008 Paris - France | SARL au capital de 15.000 ââ€Å¡¬uros - R.C.S. Paris B 441 119 286 | Représentant Légal : Jorge Loureiro | email : net@portugalvivo.com