Accueil > Actualités > Musique > BÏA

BÏA

Bossa nova sur voix de velours

lundi 5 novembre 2007, par Satellit Café

Toutes les versions de cet article : [français] [Português]

Lorsqu’elle arrive sur scène, elle semble enveloppé d’une aura de mystère qui nous intrigue et nous enchante à la fois. Peu à peu, cela va se dissoudre, la laissant à nu, sous les feux de la rampe, s’offrant tout entière à son public, qu’elle fascine et qui peu à peu va s’enflammer pour un pur moment magique...Une révélation.


De sa voix veloutée, cette fille à la poésie à fleur de peau nous fait savourer la sonorité des mots de ses suaves bossas novas aux arrangements extrêmement raffinés, puis elle se raconte, nous entraîne dans ses multiples pérégrinations et, sans jamais perdre ses racines, nous fait partager la culture des divers pays où elle a vécu puis, mêlant toujours le charme et la fête, entame quelques pas de danse et part dans des sambas effrénées. Bïa, nous fascine, nous déroute, nous enchante.

S’il est vrai que la musique n’a pas de frontières, rien n’empêche que ceux et celles qui, de par le monde, assistent aux spectacles de Bïa meurent d’envie de lui octroyer le statut d’immigrée artistique et de revisiter plus souvent son âme voyageuse pour savourer ses rythmes enivrants. Seulement voila, en jetant l’ancre dans la musique, elle a fait de cette dernière sa patrie.

Elle est douce, délicate, elle garde au plus profond d’elle-même, comme pour y être sauvegardé, toutes les saveurs de son Brésil natal, tous les nouveaux modes d’expressions, les nouvelles manières de pensées, peut-être même de chanter.

Elle connaît tous les classiques de la musique populaire brésilienne, qu’elle a chantés et même traduits, mais aussi ceux d’Amérique Latine où elle a vécu. Elle a aussi ajouté à son répertoire de jolies traductions en portugais des plus belles chansons françaises allant de Souchon à Brassens en passant par Gainsbourg et Maxime Leforestier. Cependant, grâce à sa grande créativité et à son extrême sensibilité, quoi qu’elle chante, elle le revêt de ce swing plein de douceur et de délicatesse qui, en elle, est inné.

DISCOGRAPHIE :
- Coeur Vagabond, Sony / BMG – 2006
- Carmin, Saravah – 2003
- Sources, Saravah – 2000
- La mémoire du vent, Saravah – 1999

En concert les 30 novembre 2007 à 21h au SATELLIT Café (44 rue de la Folie Méricourt - 75011 Paris - France - www.satellit-cafe.com)

Voir en ligne : www.biamusik.com

Satellit Café

44, rue de la Folie Méricourt - 75011 Paris - France - Tél. 01 47 00 48 87



PortugalVivo

Tous droits réservés (Portugal Vivo®) Ce site ainsi que sa charte graphique sont protégés par un copyright© international qui interdit toutes reproductions mêmes partielles.
La société Portugal Vivo® est habilitée à poursuivre toutes personnes morales ou physiques violant le copyright©
Dans le cadre de la revue de presse, Portugal Vivo utilise des articles ou photos dont il nâ€â„¢est pas lâ€â„¢auteur. Ces éléments restent la propriété de leur auteur. Portugal Vivo cite systématiquement le journal source avec un link vers celui-ci.
Mentions Légales : PORTUGAL VIVO - 102 avenue des Champs Elysées, 75008 Paris - France | SARL au capital de 15.000 ââ€Å¡¬uros - R.C.S. Paris B 441 119 286 | Représentant Légal : Jorge Loureiro | email : net@portugalvivo.com