Accueil > Actualités > Actualités Lusophones (Revue de Presse) > Portugal > Alimentation : le futur de la morue est en jeu jeudi prochain

Alimentation : le futur de la morue est en jeu jeudi prochain

vendredi 7 septembre 2012, par Publico

Toutes les versions de cet article : [français] [Português]

Le futur de la morue, comme il est consommé et apprécié au Portugal, se joue jeudi à Bruxelles, date du vote d’une préposition qui menace d’éliminer le traditionnel plat portugais si elle est approuvée.


L’alerte a été donnée par l’Association des Industriels de la Morue (“Associação dos Industriais do Bacalhau”) (AIB), préoccupée avec les “conséquences désastreuses” de cette altération législative proposée par la Norvège et le Danemark qui vise permettre l’utilisation de polyphosphates lorsqu’il s’agit de poisson de salage humide.

Le secrétaire général de l’association, Paulo Mónica a dit à l’agence Lusa que “la proposition ne respecte pas la législation communautaire”, soulignant que ce qui est en cause, c’est la possibilité d’ « utiliser des aditifs chimiques dans un produit 100% naturel”.

Paulo Mónica a rappelé que la méthode de détection de ces aditifs “est complexe, longue et n’est pas totalement valable”. Donc, les entreprises sauront que la matière première qu’elles utilisent possèdent ou non des produits chimiques qu’au moment du séchage. D’autant plus, s’il y a des polysphospates, le séchage de la morue sera très long. “Dans certains cas, cela prendra le double du temps, ce qui impliquera des coûts supérieurs en énergie ».

Par ailleurs, les consommateurs « n’obtiendront pas ce qu’ils recherchent et à ce qu’ils ont l’habitude de consommer ». Les consommateurs auront un produit avec « un goût et une texture forcément altérés » et bien plus humide. « Ils vont acheter de l’eau au prix de la morue », a souligné le responsable de l’association.

D’après Paulo Mónica, la justification présentée par le Danemark et la Norvège, c’est l’obtention d’“un produit plus blanc” mais il a ajouté “qu’il n’existe aucune référence scientifique concernant l’utilisation de ces aditifs comme agents de blanchissement ». « Les polysphosphates sont vulgairement utilisés pour retenir l’eau et nous nous trouvons face à un produit qui se base sur la déshydratation du poisson”.

L’AIB a déjà envoyé une lettre au président de la Commission Européenne, Durão Barroso, faisant appel à l’annulation de cette proposition, dans l’espoir que le bon sens l’emporte. « Nous pensons que le bon sens l’emportera et que la proposition ne passera pas ou sera retirée », a déclaré Paulo Mónica.

Selon l’association, “la propre industrie portugaise de transformation coure des risques”, sachant qu’elle emploie plus de 1800 employés, avec une facturation de 400 millions d’euros et exporte presque 10 mille tonnes de morue séchée.

Publico

1 Message



PortugalVivo

Tous droits réservés (Portugal Vivo®) Ce site ainsi que sa charte graphique sont protégés par un copyright© international qui interdit toutes reproductions mêmes partielles.
La société Portugal Vivo® est habilitée à poursuivre toutes personnes morales ou physiques violant le copyright©
Dans le cadre de la revue de presse, Portugal Vivo utilise des articles ou photos dont il nâ€â„¢est pas lâ€â„¢auteur. Ces éléments restent la propriété de leur auteur. Portugal Vivo cite systématiquement le journal source avec un link vers celui-ci.
Mentions Légales : PORTUGAL VIVO - 102 avenue des Champs Elysées, 75008 Paris - France | SARL au capital de 15.000 ââ€Å¡¬uros - R.C.S. Paris B 441 119 286 | Représentant Légal : Jorge Loureiro | email : net@portugalvivo.com